Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 21:00
Cet automne, nous avons droit à de belles aprés-midi ensoleillées. C'est pourquoi nous nous rendrons, en famille, visiter les vestiges du château de Gozon, non loin du village des Costes-Gozon.
Aprés avoir laissé notre véhicule au parking aménagé, nous grimpons la colline pour atteindre son sommet.


La chapelle à l'état de ruines, a été reconstruite par l'association "remparts" basée au château de Montaigut.


Le parc régionnal des grands causses a mis en place des panneaux d'information.


L'entrée, on peu remarquer à la couleur des pierres , la partie qui a été restaurée et la partie d'origine.


Une rosace a été reconstituée sur la façade...


De chaque côtés de la porte se trouvent des niches. On peut suposer qu'elles servaient d'étagéres, avec certainement une petite porte, comme en témoigne les saillies dans la pierre.

 
La voute, en bois, a été reconstruite  entiérement. Les poutres transversales ont été dotées de têtes de dragon, clin d'oeil à l'histoire de Dieudonné de Gozon.


La charpente au-dessus du coeur, assemblée avec des tenons.


Un petit locataire innatendu....


Quelques détails d'architecture...


Ensuite nous grimpons sur la plateforme qui supporte la statue de notre dame de gozon terrassant le dragon.


Tout autour une table d'orientation permet de se situer sur 360°.




La chapelle vue de la statue, au loin le village des Costes-gazon.


Un dragon en fer forgé, l'oeuvre du forgeron du village.


Un peu plus loin des pans de mur sont encore visibles....


Avec l'entrée de ce qui devait être une cave.


Et l'intérieur...


Il est temps de redescendre à nos véhicules en contournant l'édifice....
Félicitations aux élus pour avoir permis la restauration de cet ensemble, ainsi qu'aux artisants ayant participés au chantier.


                                                    FIN




Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 21:00
Une fois n'est pas coutume c'est à pied que je vais aller à la rencontre des témoins du pastoralisme sur les causses. C'est du côté de Saint-Jean D'alcas et de Mascourbe que je vais me diriger. 
Aujourd'hui il n'y a plus guére de bergers. L'agriculture moderne les ont remplacés. Faute de temps et de main d'oeuvre, les clôtures ont pris le dessus. Il ne reste plus que des parcs fermés, cloisonnant ainsi le causse en une multitude de parcelles. 


De larges chemins servaient à relier les pâturages entre-eux, taillés dans les buis, ils portent le nom de "bouïssières".
Aujourd'hui, réabilités par le parc régionnal des grands causses, ils sont devenus sentiers de randonnée, au plus grand bonheur des cavaliers, vététistes et promeneurs.


Au détour d'un sentier une borne datant de l'époque des templiers, avec la croix de Malte sculptée en son centre.


Qui pourrait croire que sous ce "clapas" se cache une magnifique caselle....(ancien abri de bergers)


En le contournant on découvre l'entrée...
Elle servie, parait-il, pendant la seconde guerre mondiale de cache d'armes pour le maquis.


L'intérieur, avec sa belle voute en forme d'ogive.


Les "lavagnes" étaient le seul point d'eau sur les causses. Elles servent encore aujourd'hui.


Sous un buis, une autre caselle....


Celle -ci posséde 2 piéces...la première entée en face, la seconde à gauche. On imagine la patiente qu'il a fallu à ce berger pour construire un pareil édifice...


Plus loin sur la bordure du causse une "tour de berger". Cette construction permettait au pâtre de surveiller son troupeau depuis son sommet.


Tout autour de l'édifice, le batisseur avait disposé des pierres servant ainsi de marches pour grimper au sommet.
De nos jours tous ces vestiges sont les témoins de notre passé. Ils nous montrent ce qu'était le pastoralisme dans les temps anciens. Ils font partis de notre patrimoine.
Sachons les préserver...

Ci dessous le tracé de cette rando. Le D étant le départ et le X la tour de berger.
Bonne ballade !!





                                                         FIN







Repost 0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 21:43
Le printemps est là, les fleurs proliférent un peu partout sur les causses. C'est sur le plateau du Larzac que je vais aller me promener, avec mes enfants, pour essayer de découvrir le maximum de fleurs.


Partis du viala-du-pas-de-jaux, nous nous dirigeons par le GR 71 vers la bordure nord du plateau celle qui domine la vallée du cernon.


Des asphodéles par centaines...


La même en détail...


Il reste encore quelques anémones pulsatilles...


Une aster...


On continue notre ballade en suivant les pistes, accompagnés par les chants des grillons.


Nous essayons de localiser les grillons, en les écoutant..... une fois que l'on a découvert leur trou, on peut à l'aide d'un brin d'herbe s'amuser à  le faire sortir.
Celui là se demande ce qui lui arrive....


Les orchidées "abeille"sont nombreuses par ici.


Certaines fleurs ont des feuilles aux formes innatendues.






Les fleurs sont trés épanouies à cette saison, il suffit de baisser le regard pour les admirer...


Parmi les ruiniformes, les amélanchiers sont en fleurs et l'herbe bien verte n'est pas encore ratatinée par le soleil.


Contraste des couleurs, entre le bleu du ciel et le vert intense des pelouses.

Notre promenade s'achéve ainsi, avec plein d'images de fleurs dans la tête. Nous reviendront certainement sur ce plateau mais les fleurs aurons fanées. En effet dés que l'été arrive l'herbe manque d'eau et devient toute jaune, brulée par le soleil.



                                                    FIN





Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 22:33

Nous allons, moi et mes enfants, profiter de cette aprés midi ensoleillé, pour aller nous promener autour de St Rome de tarn. Le départ de la ballade aura lieu à l'aire de repos, à coté du pont sur le tarn.


Nous en profitons pour admirer le pigeonnier construit ici en mémoire à celui qui a été détruit sur la route de Monjaux, lors de l'élargissement de la route de Rodez. Un panneau d'information nous rapelle qu'a l'époque les pigeonniers étaient trés nombreux dans la région et les pigeons plus éstimés qu'a l'heure actuelle. En effet c'était une viande trés appréciée et leur fiente (la colombine), récoltée dans les pigeonniers, était trés utile dans l'agriculture.


Nous nous dirigeons vers le village d'Auriac ou subsitent les ruines d'un château (antérieur au Xiéme siécle). C'était un point statégique pour surveiller le passage sur le Tarn, sur l'ancien pont aujourd'hui détruit.


Les villageois ont cependant bien aménagé les anciens murets de pierres. Ils les ont garnis avec une multitude d'essences de type méditérranéennes.


Sur les portes, parfois, on peut trouver une cardabelle clouée pour servir de barométre (bien que ce soit une plante protégée).


Une tour, c'est tout ce qui reste en état de l'ancien château.


De l'esplanade quidomine le village, on a un magnifique point de vue sur le Tarn. De cet endroit, partent plusieurs chemins de randonnées, dont le sentier du facteur.


Le chemin que nous empruntons descent vers la rivière, et rejoins une piste qui borde le Tarn. C'est par là que nous reviendrons.


Le chemin a été construit à flanc de côteaux, au ras des falaises.


Sur la piste du retour, on est déjà à l'ombre....Il va falloir se dépêcher...n'est-ce pas Camille ?


Ensuite nous irons jetter un coup d'oeil à la célébre cascade, bien alimentée par les pluies abondantes de cet hiver.


La plage du mas de la nauq est bien dégagée ! EDf a relaché un peu d'eau de la retenue de Pinet, du coup c'est notre petit chien qui est ravi...un bon espace de jeu pour lui !
Notre promenade se termine, elle aura durée 2 bonnes heures.



                                                   FIN



Repost 0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 22:13

Aujourd'hui 4 janvier 2009, nous nous rendrons dans l'Hérault, à St Guilhem le désert pour une rando à pied. Nous essayerons d'éliminer un peu le surplus accumulé pendant les fêtes . Notre objectif est de nous rendre à la baume de l'olivier, le mas de l'arboussier, le cap du ginestet, l'ermitage Notre Dame de belle grâce, puis retour à St Guilhem.


Nous voilà sous le château du géant, prêts à partir. La journée s'annonce ensoleillée, mais fraîche !


Voici la porte par laquelle commence notre rando, vestige des anciens remparts.


Nous grimpons l'ancien chemin d'accés au château, qui a été en partie restauré, et prenons ainsi rapidement de la hauteur.


Face à nous , le cirque de l'infernet, avec son sentier dans les falaises.


La pente est bien prononcée, on imagine au moyen-âge a dos de mûle !


La végétation typiquement méditérannéenne a complétement recouvert les restes de cultures de l'olivier. Il n'en reste, que par endroits, certainement les plus robustes qui ont survécus à la terrible gelée de 1956.


Une petite pause sous l'arbousier, le temps d'avaler une barre de céréale.


Finalement nous manquerons le départ du sentier de la baume de l'olivier. Du coup, le circuit en sera modifié. Nous irons donc directement a l'ermitage, puis le cap du ginestet, le cap de la pousterle, les fénestrelles, le cirque de l'infernet et St Guilhem.


Nous voici donc à l'ermitage Notre Dame de Grâce.
http://www.st-guilhem-le-desert.com/ermitage/lieu-plaisant1.html

 


Le jardin de l'ermitage.


Vue sur le clocher de la chapelle...avec sa cloche datant de 1787. La chapelle, quand à elle, daterait dans sa version la plus ancienne de 1395.


Nous voilà repartis pour accéder au sommet de la crête.


Le cap du Ginestet. A partir d'ici nous allons cheminer sur le versant nord de la colline, sur une piste forestière , pour rejoindre le sentier des fénestrelles.


Du point culminant du circuit, on aperçois le sentier en face. C'est parlà que nous redescendrons vers St Guilhem, qui est déjà dans l'ombre..... 


Petit à petit nous descendons dans le ravin, pour rejoindre le sentier des fénestrelles.


Le sentier des fénestrelles, batti à flanc de falaises, servait à l'époque, aux moines de l'abbaye pour mener leurs troupeaux sur le Larzac.


Cet itinéraire sert aussi de passage pour les randonneurs allant à St Jacques de Compostelle.


Nous arrivons au village, l'entée du cirque est bien signalée. Nous sommes au bout du monde !!!!


On ne peut pas repartir sans visiter le cloître de l'abbaye.


L'église ainsi que l'abbaye ont été fondées en l'an 804 par Guilhem duc d'Aquitaine.


Son jardin trés bien entretenu, est un lieu privilégié pour le repos et la méditation.


Le cloître a été en 1905, pillé par les américains. En effet une partie a été démontée pour être exposé a Manhattan dans un musé.



                                                   FIN

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de JL
  • Le blog de JL
  • : Récit de ballades et de randonnées en vtt.
  • Contact

Profil

  • JL
  •  passionné de vtt et de randonnées, j'aime découvrir des sites remarquables et pittoresques.
  • passionné de vtt et de randonnées, j'aime découvrir des sites remarquables et pittoresques.

Recherche