Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 22:13


21 juin 2009. C'est sur les pentes du mont aigoual  que nous sommes allés trainer nos crampons, au milieu des genêts en fleurs et des verts pâturages.


 Nous nous servirons du topoguide du pays viganais pour réaliser notre rando.


Arrivés à Camprieu, nous débarquons nos vélos avec une température extérieure de 8C°(frisquet pour la saison...)


Nous commençons par une ascenssion lente au milieu des genêts pour rejoindre le col de la serreyréde.


Tantôt parmi les châtaigniers, tantôt parmis les hêtres...


Nous progressons à l'ombre des arbres, ils n'ont pas été toujours là...
Au XIXéme siécle l'aigoual n'est plus q'une montagne dénudée et dévastée. L'exploitation intensive de la forêt et la pression du pâturage transhumant associés au climat de l'Aigoual ont été à l'origine de crues dévastatrices, ruinant les filatures et les moulins.
C"est à partir de 1879 que l'on commence à porter un intêret forestier et météorologique au mont Aigoual. Georges Fabre en est l'instigateur et c'est à partir de 1887 que débutent les travaux de construction de l'observatoire et le reboisement.


Nous faisons une halte devant la "maison de l'aigoual". Nous gôutons l'eau de la source, un écriteau nous recommande de faire attention à son extrême faîcheur.


Nous continuons notre parcours en nous rendant à l'Espérou, puis c'est par des pistes forestières que nous rejoignons "la barraque de ginestous".


Les sous-bois sentent l'humus, et nous trouvons quelques cépes au bord du chemin.


Nous passons prés des "cascades d'Orgon", un petit détour pour nous y rendre et découvrir ce site.


Du haut de la passerelle, nous sommes au départ des cascades, lieu réputé par les canyonnistes.


Il est l'heure de casser la crôute, c'est sur un tapis d'herbe moelleux, à l'abri des sapins que l'on va pouvoir calmer les appétits.

    
Les gentiannes sont en fleurs. C'est avec leurs racines qu'est confectionné la"suze"( appéritif au gôut amer).


Nous repartons en repassant par l'espérou, puis le col de la serreyréde, et enfin grimper jusqu'au sommet du mont Aigoual à 1565 métres d'altitude.


La transumance a eu lieu récemment, les moutons profitent de l'herbe grasse couvrant les pentes du mont Aigoual.  Des abreuvoirs rustiques ont été disposés pour les faire boire.


ça y est , on est arrivés au sommet ! le vent est violent et nous ne resterons que quelques minutes à la table d'orientation pour admirer le paysage.
Pour plus d'info sur l'observatoire :  www.aigoual.asso.fr/


Petite photo souvenir au sommet de la tour. Nous sommes ici tous réunis, de gauche à droite : nicolas, jean-marc, moi-même et bernard.


Point de vue de la tour, ici on peut apercevoir l'espérou.


Vers le sud, les vallées cévenoles, avec au fond Valleraugue.


Ici vers le nord le sommet du portalet (1565 métres).


Il est temps de redescendre, nous passons par la station de ski de Prat peyrot.



Puis descente par la vallée du bonheur, avec ici les vestiges de l'ancienne abbaye.


Nous passons à proximité d'une tourbiére et avons la chance de trouver des plantes carnivores. Ici une drosera rotundifolia.


Ce pauvre insecte s'est fait prendre au piége.

Notre rando se termine avec environ 45 km au compteur, nous avons parcouru une partie
du circuit vtt N°1, 2 et 3 du topoguide mais nous reviendrons car il reste bien d'autres chemins à découvrir.


                                              FIN












Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de JL
  • Le blog de JL
  • : Récit de ballades et de randonnées en vtt.
  • Contact

Profil

  • JL
  •  passionné de vtt et de randonnées, j'aime découvrir des sites remarquables et pittoresques.
  • passionné de vtt et de randonnées, j'aime découvrir des sites remarquables et pittoresques.

Recherche